30/10/2008

Wine & Blues

Coucou,

« Pourquoi ce titre ? », me demanderez-vous. Parce que hier, nous sommes allés faire quelques courses au Colruyt. Ce dont maman et papa ont reparlé ce matin dans le train qui nous conduisait à Bruxelles. Et papa, comme je vais vous l’expliquer, associe le Colruyt à un bien amer souvenir. Peut-être même à ce qui fut le jour le plus noir de son existence… Celles et ceux qui me lisent depuis le commencement savent en effet qu’au mois de février dernier, le Docteur D. avait replacé dans le ventre de maman 2 de mes copains. Et que 12 jours plus tard, la première prise de sang s’était avérée positive. Après celle-ci, papa avait alors commandé 2 – très – bonnes bouteilles de vin au Colruyt (pour les connaisseurs, 2 Château Léoville-Las Cases 2004). Pas spécialement pour fêter cette bonne nouvelle, mais peu importe… Une semaine plus tard, le 7 mars, c’était la douche froide. La seconde prise de sang révélait une fausse couche. Tout était fini… C’est pourtant ce jour-là – parce que la vie continuait, parce qu’il n’aurait servi à rien de rester prostré, parce que… – que papa est allé retirer ces 2 bouteilles au Colruyt. Le caissier, en encaissant, a alors dit à papa « Hé bien, on sait se faire plaisir ». Ce à quoi papa, les yeux se remplissant de larmes, a juste pu répondre d’une voix étranglée « Si vous saviez… », avant de balayer la conversation d’un revers de la main et de quitter le Colruyt, ses stupides bouteilles à la main… En mourant d’envie de les fracasser contre un mur… Ces 2 bouteilles sont dès lors à jamais liées à ce maudit 7 mars 2008. Même si ce n’est que dans 20 ou 30 ans que papa les ouvre, je ne suis pas certain qu’il aura oublié cette date…

larme

Et tant qu’à être dans le blues, cet après-midi, papa, dans le train, n’était pas loin d’un autre papa et de sa petite fille de 2 ou 3 ans. En voyant celle-ci, son doudou à la main, il a une fois de plus été submergé par l’émotion. Tout bêtement. Sans tristesse. Juste, je crois, parce qu’il s’impatiente de plus en plus de partager ces moments avec moi ! (D’ailleurs, moi, j’ai bien l’impression qu’après cet épisode, je viens de signer pour un nouveau doudou, non ? Peut-être de chez Nature & Découvertes…)     ;-)

« L’espoir, c’est ce qui meurt en dernier… » (proverbe irlandais)

Que votre nuit soit belle,

F.

21:25 Écrit par Findus dans Général | Lien permanent | Commentaires (11) |  Facebook |

29/10/2008

L'objectif est atteint...

…comme la tarte ! (La tarte tatin, haha… C'est dramatique, je crois que j'ai le même humour que papa !)

Hé oui, les ¾ de quintal sont là ! Moi, en 3 semaines, j’ai grossi de près de 500 grammes. Je pèse maintenant environ 1,2 kilos. Maman, sur la même période, a quant à elle grossi de… 2,5 kilos. Elle dépasse désormais de peu les 75 kilos. Mais d’après le Docteur F., sa prise de poids n’est pas – encore – excessive. (Elle a facile, elle, me rétorquerez-vous, de dire ça, ce n’est pas elle qui devra les perdre après l’accouchement, tous ces kilos !)

En examinant le ventre de maman, le Docteur F. l’a trouvé fort dur du côté gauche. L’échographie a révélé que j’étais roulé en boule de ce côté-là, d’où cette tension plus forte à gauche qu’à droite. Elle a toutefois conseillé à maman de reprendre un peu d’Utrogestan pour détendre son utérus et me permettre de m’installer tout à mon aise.

Contrairement à la dernière fois, où, vous vous en souvenez peut-être, j’avais sorti le grand jeu face à la caméra, cette fois, je suis resté assez amorphe. Le Docteur F. après avoir pris mes mesures, m’a secoué dans tous les sens pour essayer de me faire sortir de ma torpeur. Et je peux vous garantir qu’elle n’y est pas allée de main morte avec sa sonde ! Mais rien n’y a fait, j’étais encore à moitié endormi et je suis tranquillement resté roulé en boule durant tout l’examen.

Ce qui donne les photos suivantes, qui, vous en conviendrez, ne sont pas des plus parlantes…

Sur la première, vous pouvez me voir de profil, mais comme j’avais mes jambes repliées contre mon visage, c’est un peu flou.

echo_29102008_01_small

Et sur la seconde, vous pouvez apercevoir… mon nez !

echo_29102008_02_small

Pauvre papa… Il finira vraiment par croire que je ne fais preuve de bonne volonté que quand il est absent. C’est peut-être pour ça qu’il était un peu de mauvaise humeur en quittant la clinique tout à l’heure… Je vais essayer de me faire pardonner ce soir en réagissant au quart de tour quand nous ferons nos exercices d’haptonomie tous les 3, promis !

@+

Findus

20:27 Écrit par Findus dans Général | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

27/10/2008

La turbine et le gréviste

Salut,

Non, « La turbine et le gréviste » n’est pas une fable inédite de La Fontaine, rassurez-vous ! La turbine, c’est maman et le gréviste, ben, euh… c’est moi.

J’vous explique. Depuis quelques temps, papa ronchonne presque tous les soirs sur maman quand elle fait mine de s’endormir sur le côté. Il faut dire que dans cette position, elle respire en faisant un bruit de turbo-réacteur au décollage. Même moi, d’où je suis, je n’entends que ça ! Papa, qui n’a pas envie de passer la nuit dans un Boeing, l’oblige alors à dormir sur le dos. Position dans laquelle elle repasse du mode « turbine » au mode « respiration normale ». Ce qui nous permet, à papa et à moi, de nous endormir. Mais nous appréhendons le moment, au cours des prochaines semaines, où le mode « turbine » restera enclenché quelle que soit la position adoptée par maman. Il ne me restera plus alors qu’à prendre mon mal en patience. Et à papa qu’à aller dormir dans le canapé…

Maintenant, le gréviste… Hier, nous étions dimanche. Je le précise parce que maman et papa semblaient l’avoir oublié. Or qui dit dimanche dit repos. Donc, moi, qu’est-ce que je faisais hier ? Je me reposais ! Et ça n’a pas trop plu à maman de ne – presque – pas me sentir bouger tout au long de la journée. Alors qu’a-t-elle fait hier en début de soirée avant que nous n’allions dire bonjour à Mamy Ther et Papy Bill ? Je vous le donne en mil : estimant que je faisais grève, elle a demandé à papa de me sortir de ma torpeur en posant la main sur son ventre. Comme j’étais encore à moitié endormi, je n’ai visiblement pas réagi assez vite à leur goût. Papa, pour rassurer maman, s’est alors approché de son ventre et a pris une grosse voix pour me raconter des calembredaines. Et là, waaahhh, d’un coup, ça m’a réveillé ! En sursaut ! Pfff… J’vous jure !!! Pas moyen d’être tranquille ! Mais ils ne perdent rien pour attendre, les bougres. Dans quelques mois, ce sera à mon tour de hurler et de les réveiller en pleine nuit, na !

Dans 2 jours, nous retournons à la clinique pour notre visite de contrôle mensuelle chez le Docteur F. Je me réjouis de voir ce que nous aurons pris comme poids, maman et moi ! Ne lui dites pas que je vous l’ai dit, mais les ¾ de quintal sont en vue ! Si, si !   ;-)

@+

Findus

13:41 Écrit par Findus dans Général | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

22/10/2008

Ma naissance

Salut,

Comme je vous l’ai dit dernièrement, nous ne sommes plus « que » 3 mois avant ma naissance. Je dis « que » car maman et papa envisagent celle-ci de manières très différentes. Papa, en effet, est depuis le début impatient d’être le 24 janvier 2009. Maman, elle, se réjouit également de ma venue, mais la situation actuelle semble aussi beaucoup lui convenir. Comme elle le disait hier à papa en regardant son ventre (le sien, hein, pas celui de papa !), « c’est gai d’être tout le temps 2 ». Elle a un peu peur, une fois que j’aurai quitté son ventre, de se sentir seule, « vide ».

Moi, même si je me demande ce que sera ma vie, je ne compte pas rester indéfiniment dans le ventre de maman. Je suis curieux de découvrir le monde et, surtout, de faire un peu mieux connaissance avec maman et papa !

Je crois que ce que ressent maman n’est pas exceptionnel. Beaucoup d’autres qu’elles doivent avoir eu les mêmes pensées à l’idée de voir leur enfant les quitter, cesser de ne faire qu’un avec elles. Peut-être est-ce aussi le même sentiment qui envahira maman et papa quand je quitterai la maison pour « vivre ma vie ». Nous n’en sommes pas encore là, mais je crois que ce sera un peu la même sensation de vide, de perte, que celle qu’appréhende maman pour le moment. Et pourtant, tout comme je ne resterai pas indéfiniment dans le ventre de maman, je ne resterai pas non plus indéfiniment à la maison avec eux. Mais d’ici là, je vais d’abord prendre le temps de terminer mon développement, de naître et, ensuite, de me faire chouchouter par tout le monde ! Pour le reste, nous verrons plus tard !

@+

Findus

14:02 Écrit par Findus dans Général | Lien permanent | Commentaires (10) |  Facebook |

20/10/2008

C'est quoi, la vie ?

Salut,

Ma naissance approche à grands pas (nous sommes désormais à moins de 100 jours du 24 janvier 2009 !) et je commence à me poser des questions sur la vie…

J’ai l’impression que c’est un truc bien compliqué, la vie. Avec beaucoup de souffrances, d’injustices, de peines. J’ai l’impression, quand j’entends maman et papa parler de tout ça, que même quand on a tout – ou presque – pour être heureux, le bonheur est quelque chose de terriblement fragile et qu’il suffit d’un rien pour le contrarier. Je me dis alors que je ne suis pas si mal que ça où je suis pour le moment et que je n’ai pas de raison de vouloir mettre le nez dehors. Pourtant, je crois que je ne suis pas vraiment à plaindre. Mais je me demande quand même comment je ferai pour trouver ma place dans un monde qui semble complètement fou…

Comme vous êtes déjà dehors depuis un bout de temps, vous pouvez peut-être me dire ce que vous en pensez. Est-ce que la vie vaut vraiment la peine d’être vécue ? Est-ce que les souffrances et les peines sont de temps en temps compensées par autre chose ? Est-ce qu’il est possible de se trouver une petite place au soleil et de goûter au bonheur ? Je ne demande pas la lune. Juste une petite place au soleil, ma petite place à moi, entouré de ceux que j’aime. Est-ce que vous pensez que c’est possible ?

Parce que moi, même si je me pose des questions, même si j’ai un peu peur de cette inconnue qu’est la vie, j’y crois quand même. Je me dis que je ne serai pas seul. Que maman et papa seront près de moi. Pour me tenir la main et guider mes premiers pas. Pour m’aider à me relever quand je trébucherai. Pour sécher mes larmes quand j’aurai du chagrin. Je ne suis pas naïf, je sais bien que la vie ne sera pas toujours rose, qu’il y a aura des hauts et des bas. Mais avec maman et papa près de moi, je me dis que ça ira !

anais_h

Dom leur a fait découvrir une chanson qui parle de tout ça, « S’il te plaît », d’Anaïs H. Moi, je la trouve très émouvante, cette chanson ; je vous invite à la découvrir. Et j’espère que ça se passera pour moi comme c'est dit dans cette chanson.

A bientôt,

Findus

20:54 Écrit par Findus dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

16/10/2008

L'allaitement

Salut,

Mardi dernier, maman, papa et moi avons assisté à une séance d’information sur l’allaitement maternel, ses bienfaits, ses contraintes, etc. A la fin de la séance, maman et papa avaient un peu le tournis. C’est que ça semble terriblement compliqué, d’allaiter. Il y a plein de trucs auxquels il faut penser, il y a plein de choses qui peuvent faire que ça se passe mal, pfff… Moi, je crois qu’il faut éviter de se prendre trop la tête avec tout ça. Dans la majorité des cas, ça se passe très bien, ça vient naturellement, sans qu’il soit nécessaire de se poser 1001 questions sur la position à adopter, la fréquence des tétées et tout ça ! C’est vrai qu’il peut toujours y avoir un problème, mais dans ce cas, il est toujours temps de crier au secours ; inutile de se mettre martel en tête avant même d’avoir essayé !

Tout ça pour dire qu’il faut évidemment se renseigner pour ne pas être pris au dépourvu, mais qu’il n’est pas indispensable d’avoir fait de hautes études pour allaiter correctement. Moi, je suis convaincu que je trouverai très vite le truc et que je saurai faire comprendre à maman quand j’ai faim et quand je suis rassasié ! Parce que moi, j’y tiens, à être allaité, vu tout le bien que ça fait, paraît-il !

Tiens, puisque je vous parle de communication, celle avec papa semble s’établir progressivement. Tous les soirs, si je comprends bien, il me fait coucou en tapotant sur le ventre de maman puis en posant sa main dessus. Parfois, ça m’ennuie, parce que je suis en train de dormir et que je préférerais avoir la paix, mais à d’autres moments, c’est sympa. Quand je remarque qu’il m’appelle, je viens me blottir contre sa main et je donne parfois un petit coup de pied ou de poing pour lui montrer que je l’ai bien entendu. Je ne dis pas que je vais exactement au bon endroit à chaque fois, parce que ça n’est pas toujours évident, mais nous faisons notre possible pour être sur la même longueur d’ondes, lui et moi. Et ça marche de temps en temps. A mon avis, avec un peu d’entraînement, ça donnera encore de meilleurs résultats ! Vivement le 5 novembre et notre prochain rendez-vous chez Madame S. !

@ la prochaine,

Findus

15:16 Écrit par Findus dans Général | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook |

11/10/2008

Batman et sa cape

Salut,

Je commence par une bonne nouvelle : l’infirmière n’a pas rappelé maman suite au test O’Sullivan de mercredi, ce qui signifie qu’elle ne fait pas de diabète de grossesse !

Hier, nous avons reçu des amis de maman et de papa, V. et B. et J.-M. et… ma copine Clara, la fille de V. et B. Comme à son habitude, J.-M. – ni papa ni B. ne s’en plaindront ! – avait apporté de très bons vins. V., elle, avait pensé à maman et à moi en nous apportant… une cape de bain. (Non, ça n’a rien à voir avec Batman !)   ;-)

cape_de_bain

Moi, au départ, j’ai eu la même réaction que papa. Je me suis dit « Ben à quoi ça sert, une cape de bain ? Un essuie, c’est pas la même chose ? ». Hé bien il semble que non, pas du tout ! Il paraît que je serai bien content, en sortant du bain, qu’on m’emmaillote dans ma cape plutôt que dans un simple essuie ! C'est sympa, non ?

D’après maman, Clara est un véritable charme. Alors qu’elle avait eu une journée fatigante et qu’elle devait dormir hors de chez elle, il ne lui a pas fallu 5 minutes pour s’endormir chez nous. Et quand V. et B. l’ont réveillée en fin de soirée, tout ce qu’elle a fait, c’est… un sourire ! Je crois que ça plairait beaucoup à maman et papa que je m’inspire d’elle à cet égard ! Mais moi, je ne peux encore rien garantir. Peut-être serai-je aussi calme que Clara, mais peut-être serai-je plutôt un infernal chambardeur !

Aujourd’hui était donc ce que papa appelle en soupirant un « lendemain de veille » (d’après ce que j’ai cru comprendre, il arrive, les « lendemains de veille », qu’on ait mal aux cheveux, qu’on souffre un peu de l’estomac ou du foie et aussi qu’on soit très fatigué…). Et nous avions notre seconde séance d’haptonomie chez Madame S. Malgré la fatigue, ça s’est très bien passé. Madame S. a d’abord expliqué à maman comment se tenir et comment placer son bassin le mieux possible. Ensuite, elle a montré à papa comment « m’appeler » avec la main posée sur le ventre de maman. Inutile de vous dire que ces premiers essais n’ont pas vraiment été couronnés de succès. Je n’ai strictement rien compris à ce qu’on me voulait là-dehors et j’ai continué à vaquer à mes occupations comme si de rien n’était. D’après Madame S., c’est normal. Je finirai par réagir aux « appels » de papa et lui par s’en rendre compte. Mais pour cela, il nous faudra être patients tous les 2 et nous entraîner régulièrement. Ce que nous ferons dès ce soir. Après le bain.   ;-)

Je vous quitte en vous donnant quelques nouvelles d’Elise, la fille de R. et M. : elle et sa maman se portent bien. Très bien, même. A tel point que même si l’accouchement a eu lieu par césarienne, elles devraient quitter la maternité après-demain. Ce qui nous permettra d’aller leur dire un petit bonjour lundi soir !

Bon dimanche,

Findus

18:54 Écrit par Findus dans Général | Lien permanent | Commentaires (9) |  Facebook |