30/06/2008

Rascar Capac & Co.

Salut,

 

Ce matin, après une nuit agitée, ma maman et mon papa se sont levés très fatigués. A la remarque de mon papa sur leur état de fatigue en ce premier jour de la semaine, ma maman lui a répondu « Attends, ce n’est encore rien ; imagine quand Rascar Capac sera en train de brailler là-derrière ! ». Ce qui a fait rigoler mon papa.

 

Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais moi, j’ai bien l’impression que ce Rascar Capac, c’est moi d’ici quelques temps. Rascar Capac, vous vous rendez compte ? Déjà, Findus, bon… Mais Rascar Capac !

Et ce n’est pas tout ! Je ne vous en avais pas parlé ce jour-là, mais au motif que j’avais la tête en bas lors de la deuxième échographie, ma maman avait dit que je ressemblais à une chauve-souris !

Franchement, est-ce que vous trouvez que je ressemble à Rascar Capac ou à Batman ???

rascar_capac  OU  batman

J’aurai eu droit à tous les surnoms, moi ! Quand je pense que nous n’avons encore parcouru qu’un quart du chemin jusqu’à ma naissance, je me demande quels sobriquets je vais encore recevoir… Je vais sérieusement envisager la mise en ligne d’une pétition visant à interdire qu’on m’affuble de surnoms ridicules ! Le cas échéant, j’espère que vous la signerez.

A bientôt,

Rascar « Findus » Capac, aka Batman   ;-)

19:30 Écrit par Findus dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

28/06/2008

C'est le week-end !

Salut,

 

Ce week-end, c’est l’événement annuel à Waremme ! La braderie ! Enfin, d’après ma maman. Parce que mon papa, si j’ai bien compris, la braderie, il s’en tamponne comme d’une guigne ! Si je suis un garçon, nous serons sûrement deux ; si je suis une fille, je crois que je serai plutôt de l’avis de ma maman !

Malgré que j’occuperai bientôt une place certaine dans son ventre et qu’elle ne pourra plus rien porter de très seyant pendant quelques mois, ma maman n’a évidemment pas pu résister : hier, elle m’a emmené, ainsi que Mamy Olga, faire le tour de tous les magasins de vêtements de Waremme. Ca nous a pris tout l’après-midi !

Il y avait de bien belles choses, mais vu les circonstances, ça n'aurait pas été raisonnable de craquer. Pourtant, l'envie était bien présente ! Mais finalement, nous sommes revenus en ayant été très sages ; nous n’avons acheté qu’un petit T-shirt pour maman. Car contrairement à ce que soutient mon papa, des T-shirts, on n’en n’a jamais assez selon ma maman !

Evidemment, après une semaine de travail, une après-midi à la braderie (c’est fatigant, savez-vous, d’examiner tous ces vêtements !) et, le soir, un barbecue chez Mamy Ther et Papy Bill, ma maman était un peu « dans les vapes » aujourd’hui… Au menu : nausées, vertiges, tiraillements dans le ventre, teint pâle. Une bien belle journée ! « Merci Findus ! », doit-elle se dire tout bas...   -_-'
 

Mon papa, lui, il s’est offert un nouveau vélo pour son anniversaire ! J'’ai hâte d'apprendre à rouler à vélo pour que nous puissions aller nous promener tous les trois. Enfin, nous verrons… Car je serai peut-être comme ma maman et je préférerai la marche à pied. Au grand dam de mon papa, qui ne jure que par la petite reine.

 

A part ça, rien de neuf. Je poursuis tranquillement mon petit bonhomme de chemin, sans trop me faire remarquer (n’est-ce pas, maman ?). J’espère qu’il en ira ainsi jusqu’au 9 juillet, jour, je vous le rappelle, de ma prochaine séance de photos chez le Docteur.

A bientôt,

Findus

20:14 Écrit par Findus dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

25/06/2008

Bon anniversaire papa !

Coucou,

Aujourd'hui, c'est l'anniversaire de mon papa. Il est né le 25 juin 1976. Ce qui lui fait donc 32 ans si je compte bien sur mes petits doigts. (Bon, je n'en ai pas encore vraiment mais on va faire « comme si », d'accord ?)

Cette année-là, il avait fait très chaud. Mais mon papa n'avait rien remarqué : il était né avec un mois d'avance, il se trouvait en couveuse. Comme les petits poussins ! Moi, si tout se déroule comme prévu, c'est au cœur de l'hiver que je naîtrai. Mais à côté des deux mois que j'ai passés à -196°C, ça ne me fait pas peur !

bon_anniversaire

Je souhaite encore une fois un joyeux anniversaire à mon papa, en espérant que cette journée sera pleine de bonnes surprises pour lui !

@+

Findus

09:51 Écrit par Findus dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

22/06/2008

Garder l'espoir

Salut,

 

Aujourd’hui, je voudrais m’adresser à toutes celles et ceux qui, comme ma maman et mon papa, se battent pour avoir un enfant.

 

Sous la couette, les premiers échecs sont sans conséquence. Quand ils se répètent et obligent à consulter, le doute commence à s’installer. Le premier écueil est la conclusion qu’il y a quelque chose qui cloche et que le recours à la procréation médicalement assistée s’impose. A ce moment, le deuil du bébé couette doit être fait. Ce qui n’est pas toujours facile. Pour certains, cependant, tout ça sera vite oublié. Si, par exemple, les inséminations artificielles permettent d’obtenir rapidement la grossesse tant attendue. Pour d’autres par contre, le chemin sera plus long. Les inséminations artificielles peuvent ne rien donner et laisser craindre un problème plus grave, qu’il faudra identifier. Pour ma maman et mon papa, ce problème, c’était l’endométriose. Si vous voulez en savoir plus sur cette vilaine maladie, vous pouvez lire cet article.

Vous vous en souvenez, ma maman a dû se faire opérer deux fois, en mars et en juin 2007. C’était à cause de l’endométriose, diagnostiquée par le Docteur D. en début d’année, après l’échec des inséminations artificielles.

L’endométriose est une maladie qui se soigne ; il est possible de « nettoyer » la plus grande partie des dégâts qu’elle cause.  Malheureusement, cette maladie ne se guérit pas ; mois après mois, insidieusement, elle reprend son lent développement. C’est pourquoi le Docteur D., après les deux opérations subies par ma maman, lui a conseillé de passer des inséminations artificielles à la fécondation in vitro. Pour ne pas laisser le temps à la maladie de se réinstaller et parce que le meilleur traitement contre l’endométriose est une grossesse !

Ma maman et mon papa ont acquiescé, sans réaliser que le plus dur était encore à venir et que la fécondation in vitro allait envahir leur vie. Elle se rappelait à eux par des piqûres quotidiennes, des prises de sang, des contrôles tous les trois ou quatre jours. Pour mener à une première loterie, celle de la ponction des ovocytes. Car rien ne garantit jamais leur nombre. Puis à une deuxième, celle de la réimplantation embryonnaire et des douze longs jours la séparant du premier verdict. Car là non plus, rien n’est jamais garanti.

Je vous explique tout ça brièvement. J’omets beaucoup de choses, mais celles et ceux qui le vivent savent de quoi je veux parler…

Viennent aussi les conseils, donnés pour aider ma maman et mon papa, mais qu'ils ont parfois mal perçus... « Il faut continuer à profiter de la vie », « Essayez de penser à autre chose », etc. Ces conseils, il faudrait parvenir à les suivre, mais cela est tellement difficile, voire impossible... Celles et ceux qui se résolvent à la fécondation in vitro le font parce que leur désir d’avoir un enfant est plus fort que tout. En rendant le reste de leur vie sans intérêt, sans goût. Voilà pourquoi il est impossible de ne pas stresser du début à la fin, de penser à autre chose. Même si ça n'est pas une solution. Parce que ça finit par vous ronger de l’intérieur. Parce que les moments de répit sont rares, voire inexistants. Parce qu’au fil des échecs, l’espoir s’amenuise. Parce que le sentiment d’injustice devient de plus en plus aigu. Comme celui de jalousie. Face à une femme enceinte, à une mère et son bébé, qu’il est impossible de voir sans avoir le cœur meurtri.

Mais il faut éviter de trop s’en vouloir pour ça. Il faut se battre jusqu’au bout. Trouver au fond de soi la force de surmonter les échecs. Le courage de recommencer le traitement. De supporter à nouveau son cortège de contraintes et, surtout, cette terrible attente...

Quand je vois ma maman et mon papa, quand je les entends parler de tout ça, je comprends qu’ils ont souffert énormément. Qu’ils en ont vraiment bavé. Mais le résultat (c’est moi, ça, le résultat !) vaut apparemment les souffrances endurées, les larmes versées, les moments de désespoir, l’envie de tout laisser tomber.

aube

Voilà pourquoi je veux dire à celles et ceux à qui la nature refuse ce désir pourtant si légitime qu’ils ne capitulent pas et qu’ils continuent leur combat. Parce que si ça a marché pour ma maman et mon papa, ça peut aussi marcher pour eux. Tous les trois, on croise très fort les doigts pour eux !

A bientôt,

Findus

20:49 Écrit par Findus dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

18/06/2008

Listen to my heart

Waouw !!!

 

Qu'est-ce que j'ai grandi, en 2 semaines ! Le 4 juin dernier, je mesurais à peine 6 mm. ; aujourd'hui matin, je mesurais 16 mm. et demi ! Je n'en reviens pas ! Et je parie que depuis ce matin, j'ai encore gagné au moins un demi millimètre et que je dois maintenant en mesurer 17 !!! Ma poche, elle, mesure environ 32 mm.

Sur la photo ci-dessous, vous pouvez voir combien j'ai grandi depuis la première échographie de contrôle. Comme vous le voyez, j'ai la tête en bas sur cette photo (c'est mieux que d'avoir la tête en l'air, na !).

echo_18062008_small

Avant la visite, ma maman et mon papa étaient - comme prévu... - très nerveux. Cette fois, le plus nerveux des deux était peut-être bien mon papa, qui a passé une très mauvaise nuit. Ca m'ennuie un peu pour lui, mais d'un autre côté, j'a-dore être l'objet de toutes les attentions !

« Doug-doug doug-doug doug-doug » : ça, c'est mon coeur qui bat. A peu près à 165 bpm ! Ma maman et mon papa ont pu l'entendre grâce au doppler. Ca n'est pas trop perturbé mon papa, qui est épouvantablement terre-à-terre et qui voulait surtout qu'on lui dise que tout allait bien pour moi, mais ça a visiblement beaucoup ému ma maman ! Ah, les femmes...   ;-)

Le Docteur l'a prévenue : ses nausées et ses maux de ventre risquent de s'accentuer dans les prochaines semaines. Mais sans que cela doive l'inquiéter. C'est que je suis occupé à grandir et à tout chambouler dans son ventre... Mais c'est pour la bonne cause !

La prochaine visite est prévue le 9 juillet prochain. Ma maman va donc devoir patienter trois longues semaines avant de me revoir sur l'écran du Docteur. Mais comme tout s'est bien passé jusqu'ici, ça devrait être plus facile pour elle. De toutes façons, je compte bien faire le nécessaire pour lui montrer que je suis toujours bien là !

Je vous laisse, cette sortie à la clinique m'a é-pui-sé !

@+

Findus

20:10 Écrit par Findus dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

17/06/2008

Vivement demain !!!

Salut,

 

C'est demain que nous allons tous les trois chez le Docteur pour voir comment je me porte. Moi, je ne me tracasse pas trop ; il me semble que tout se passe bien pour moi. Par contre, ma maman et mon papa, eux, sont de plus en plus nerveux. Vivement demain, que le Docteur leur confirme que je vais bien et qu'ils soient rassurés ! Jusqu'à l'approche du prochain contrôle, évidement. Qui, si je calcule bien, sera sûrement celui de mes 12 semaines et qui aura lieu à la fin du mois de juillet. Sauf si ma maman arrive à convaincre le Docteur de la revoir plus tôt. Car rester 4 semaines sans savoir comment je me porte semble être au-dessus de ses forces ! Comme si j'allais profiter de la moindre occasion pour lui faire le coup du crayon ! (Me tailler, quoi.)

D'après ce que j'ai compris, l'amie de maman et de papa qui attend elle aussi un heureux événement est également très stressée ces derniers jours. Pourtant, elle est déjà bien plus loin que ma maman et jusqu'à présent, tout s'est bien passé pour elle et mon futur copain. Les souffrances qu'elle a endurées semblent lui mener encore la vie dure... Comme je sais qu'elle parcourt mon blog, je profite de l'occasion pour la rassurer un peu et lui dire qu'il n'y a pas de raison que ça ne se passe pas bien pour elle ! Il faut qu'elle essaie n'oublier le passé et de se tourner vers le futur. Celui qu'elle porte en elle. Le passé ne peut plus être changé. Le futur, lui est encore à construire. Dès à présent.

Je vous retrouverai demain ou jeudi (tout dépendra de mon agenda !) pour vous donner de mes nouvelles après notre visite chez le Docteur !

@+

Findus

P.S. : ça sonne bien, « @+ Findus », non ?

20:00 Écrit par Findus dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

15/06/2008

Pourquoi un blog ?

Pourquoi ce blog, vous demandez-vous peut-être. Ma maman et mon papa essaient - tant bien que mal - de rester les deux pieds sur terre depuis qu'ils savent que je suis là et que je m'accroche. De ne pas trop se réjouir. Et même de ne pas trop penser à moi. Parce que comme je vous l'ai déjà dit, jusqu'à ma douzième semaine (et même après), un accident peut m'arriver. Je ferai de mon mieux pour ne pas faire de peine à ma maman et à mon papa, mais tout ne dépend pas que de moi. J'espère que j'aurai ce petit coup de pouce de la chance sans lequel rien n'est possible !

 

Ne suis-je donc pas un peu trop optimiste de tenir ce blog alors que je suis encore si petit ? N'aurais-je pas mieux fait d'attendre encore un peu et de ne le commencer que dans un mois ou deux ? Peut-être... Mais en raisonnant ainsi, en voulant être prudent, il arrive souvent qu'on le soit trop. Et qu'on reporte continuellement à demain le bonheur qu'on pourrait savourer dès aujourd'hui ! Il peut m'arriver un accident aujourd'hui. Demain. Dans un mois. Dans un an. N'importe quand. C'est la vie. Mais pour le moment, je suis là, dans le ventre de maman, je suis rudement content d'y être (je vous ai déjà dit que c'était super confortable) et je voudrais bien qu'elle et mon papa en profitent aussi. Chaque jour. En restant les pieds sur terre, d'accord, mais sans continuellement redouter le lendemain.

Je sais que ce n'est pas facile après tout ce qu'ils ont vécu. Ils sont peu à peu entrés dans une stupide logique d'échec, craignant à chaque pas de trébucher là où tout semblait si évident pour d'autres. Et ils ont trébuché plusieurs fois. Mais maintenant, je suis là ; c'est la preuve qu'à chaque fois, ma maman et mon papa se sont relevés. Alors moi, même si je suis tout petit et que je ne connais pas encore grand chose à la vie, je voudrais leur dire d'essayer de profiter de chaque jour que nous passons tous les trois et de ne pas trop se tracasser pour moi. Surtout ma maman. Parce que pour le moment, c'est avec elle que je vis. Grâce à elle. C'est peut-être un peu égoïste, mais moi, je voudrais qu'elle soit bien. Parce que si elle est bien, je le suis aussi.

Je ne peux pas garantir que tout se déroulera sans encombres d'ici le 24 janvier 2009. Mais il n'y a pas de raison pour que ça se passe mal pour moi ! Maintenant qu'on est tous les trois, ma maman, mon papa et moi, on est sortis de cette logique d'échec dont je vous parlais tantôt et on est plus forts. Et je compte bien m'accrocher !

Voilà, en quelques lignes, pourquoi j'ai commencé à écrire ce blog si tôt : parce qu'il ne faut pas attendre demain pour être heureux quand on peut l'être aujourd'hui. Parce que si on y croit, c'est déjà en partie gagné. Parce que la vie n'est pas toujours facile, mais qu'elle vaut quand même la peine d'être vécue ! Et parce que l'aube triomphe toujours de la nuit !

A bientôt,

Findus-le-philosophe   ;-)

16:49 Écrit par Findus dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |